Îles Medes

LE CACHET DE L’ESTARTIT

L’Arxipel des îles Medes situé à seulement un mile au large de la plage de L’Estartit fait partie du Parc Naturel du Montgrí, des îles Medes et du Baix

Cet archipel situé à seulement un mile au large de la plage de L’Estartit se compose de sept îlots et occupe au total quelque 23 hectares.

Cet archipel situé à seulement un mile au large de la plage de L’Estartit se compose de sept îlots et occupe au total quelque 23 hectares. Les îles Medes sont actuellement l’une des plus importantes réserves de flore et de faune marine de la Méditerranée occidentale, ainsi que l’une des destinations favorites du monde de la plongée sous-marine. Vingt années de protection ont permis un rétablissement spectaculaire de ses fonds et du milieu aquatique aussi bien que terrestre.

Différentes entreprises de loisirs vous proposeront de séduisantes promenades dans leurs bateaux à fond de verre, autour des îles et le long de la côte du Montgrí, elle aussi d’une beauté spectaculaire. Les propositions d’activités nautiques et sub-aquatiques sont variées et toujours respectueuses des règles qui ont permis de préserver cet espace de nature.

PARADIS DE
LA 
PLONGÉE

L’écosystème des îles Medes a mérité la dénomination de meilleure réserve de la Méditerranée occidentale

Différentes profondeurs y facilitent tous les types d’immersions. Aux endroits peu profonds, on découvre une dense couverture d’algues bien éclairées et plus d’une centaine d’espèces aux vives couleurs ; passés les 10-15 mètres de profondeur, des algues parfaitement adaptées au manque de lumière, de grands blocs de rocher, des coraux, des étoiles de mer, des gorgones rouges, des poulpes et des langoustes. Au-delà des 20 mètres, on pénètre les ténèbres peuplées de coraux et d’authentiques forêts multicolores en miniature où coexistent plus de 600 espèces animales. Les différentes profondeurs permettent tous les types d’immersion, aussi bien pour les professionnels que pour les débutants. Pour chacune d’elles, le spectacle de vie et de couleur est garanti.

De nombreuses grottes et tunnels indiquent que cet archipel de roche calcaire a fait partie du massif du Montgrí il y a plus de 10 000 ans. Aujourd’hui les grottes offrent de surprenantes possibilités d’immersion aux plongeurs experts, tant aux îles Medes que sur la côte du Montgrí : grotte de la Vaca, grotte de la Sardina, Dofí Nord, tunnel de Pedrosa, etc.

Près des îles, les plongeurs peuvent visiter la plus grande épave de la Costa Brava, le Reggio Messina, bateau délibérément coulé en 1991. L’Avenire, également connu sous le nom de Marmoler, a quant à lui naufragé près de Cala Montgó en 1971, avec dans ses soutes une cargaison de marbre. C’est le seul bateau de la côte qui soit encore entier.

FLORE ET FAUNE

Les îles Medes sont actuellement l’une des plus importantes réserves de flore et de faune marine de la Méditerranée occidentale.

Une faune peu diverse ?

Le goéland pontique est de loin l’espèce la plus abondante dans les îles, avec une colonie parmi les plus nombreuses de la Méditerranée. Mais la dominance de cette espèce peut masquer la présence d’autres espèces toutes aussi intéressantes. Parmi elles, citons la colonie d’ardéidés (hérons garde-bœufs, aigrettes garzettes et hérons bihoreaux), qui constitue la deuxième population en nombre de toute la Catalogne. On peut également observer une petite population de cormorans huppés sur les rochers à fleur d’eau ; mais les îles abritent également, entre autres oiseaux intéressants,  le faucon pèlerin, le martinet pâle, le martinet alpin et le merle bleu.
Néanmoins on peut dire que les vrais habitants des îles sont les insectes, avec une grande diversité d’espèces, dont le gendarme.
Les îles Medes forment une unité géologique avec le massif du Montgrí.

Une végétation fortement conditionnée.

Le climat méditerranéen comprend de longues périodes de sécheresse qui coïncident souvent avec les grosses chaleurs de l’été. En outre, le terrain ayant une faible capacité d’absorption, l’eau de pluie ruisselle dans les nombreuses crevasses. Aussi certaines plantes, comme le figuier de barbarie et la griffe de chat, contiennent-elles des réserves d’eau qui leur permettent de survivre dans les endroits les plus secs. Les vents dominants de tramontane et de suroît charrient des gouttes d’eau salée et les déposent sur les îles, où pousse le pourpier de mer dont les feuilles sont capables d’éliminer l’excès de sel ; la carotte marine et le fenouil marin résistent également fort bien au sel.

D’autre part, la composition floristique a été modifiée suite à l’introduction par l’homme d’espèces exotiques comme l’ailante ou les agaves.
En outre, la quantité considérable d’engrais fournie par les fientes de mouettes facilite la croissance de certaines espèces de rive, notamment les mauves, qui abondent dans la région.

X

X

X

X